Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le monde des passions - corrigé d'un résumé de Bergson sur la passion comme qualité

 

Sujet

Résumez le texte suivant en 120 mots (plus ou moins 10%). Vous indiquerez les sous totaux de 20 en 20 (20, 40, …) par un trait vertical et par le chiffre correspondant dans la marge. Vous indiquerez obligatoirement votre total exact à la fin de votre résumé.

 

Par exemple, un obscur désir est devenu peu à peu une passion profonde. Vous verrez que la faible intensité de ce désir consistait d’abord en ce qu'il vous semblait isolé et comme étranger à tout le reste de votre vie interne. Mais petit à petit il a pénétré un plus grand nombre d’éléments psychiques, les teignant pour ainsi dire de sa propre couleur ; et voici que votre point de vue sur l’ensemble des choses vous paraît maintenant avoir changé. N’est-il pas vrai que vous vous apercevez d’une passion profonde, une fois contractée, à ce que les mêmes objets ne produisent plus sur vous la même impression ? Toutes vos sensations, toutes vos idées vous en paraissent rafraîchies ; c’est comme une nouvelle enfance. Nous éprouvons quelque chose d’analogue dans certains rêves, ou nous n’imaginons rien que de très ordinaire, et au travers desquels résonne pourtant je ne sais quelle note originale. C’est que, plus on descend dans les profondeurs de la conscience, moins on a le droit de traiter les faits psychologiques comme des choses qui se juxtaposent. Quand on dit qu’un objet occupe une grande place dans l’âme, ou même qu’il y tient toute la place, on doit simplement entendre par là que son image a modifié la nuance de mille perceptions ou souvenirs, et qu’en ce sens elle les pénètre, sans pourtant s’y faire voir. Mais cette représentation toute dynamique répugne à la conscience réfléchie, parce qu’elle aime les distinctions tranchées, qui s’expriment sans peine par des mots, et les choses aux contours bien définis, comme celles qu’on aperçoit dans l’espace. Elle supposera donc que, tout le reste demeurant identique, un certain désir a passé par des grandeurs successives : comme si l’on pouvait encore parler de grandeur là où il n’y a ni multiplicité ni espace ! Et de même que nous la verrons concentrer sur un point donné de l’organisme, pour en faire un effort d’intensité croissante, les contractions musculaires de plus en plus nombreuses qui s’effectuent sur la surface du corps, ainsi elle fera cristalliser à part, sous forme d’un désir qui grossit, les modifications progressives survenues dans la masse confuse des faits psychiques coexistants. Mais c’est là un changement de qualité, plutôt que de grandeur.

Ce qui fait de l’espérance un plaisir si intense, c’est que l’avenir, dont nous disposons à notre gré, nous apparaît en même temps sous une multitude de formes, également souriantes, également possibles. Même si la plus désirée d’entre elles se réalise, il faudra faire le sacrifice des autres, et nous aurons beaucoup perdu. L’idée de l’avenir, grosse d’une infinité de possibles, est donc plus féconde que l’avenir lui-même, et c’est pourquoi l’on trouve plus de charme à l’espérance qu’à la possession, au rêve qu’à la réalité.

Essayons de démêler en quoi consiste une intensité croissante de joie ou de tristesse, dans les cas exceptionnels où aucun symptôme physique n’intervient. La joie intérieure n’est pas plus que la passion un fait psychologique isolé qui occuperait d’abord un coin de l’âme et gagnerait peu à peu de la place. À son plus bas degré, elle ressemble assez à une orientation de nos états de conscience dans le sens de l’avenir. Puis, comme si cette attraction diminuait leur pesanteur, nos idées et nos sensations se succèdent avec plus de rapidité ; nos mouvements ne nous coûtent plus le même effort. Enfin, dans la joie extrême, nos perceptions et nos souvenirs acquièrent une indéfinissable qualité, comparable à une chaleur ou à une lumière, et si nouvelle, qu’à certains moments, en faisant retour sur nous-mêmes, nous éprouvons comme un étonnement d’être. Ainsi, il y a plusieurs formes caractéristiques de la joie purement intérieure, autant d’étapes successives qui correspondent à des modifications qualitatives de la masse de nos états psychologiques. Mais le nombre des états que chacune de ces modifications atteint est plus ou moins considérable, et quoique nous ne les comptions pas explicitement, nous savons bien si notre joie pénètre toutes nos impressions de la journée, par exemple, ou si quelques-unes y échappent. Nous établissons ainsi des points de division dans l’intervalle qui sépare deux formes successives de la joie, et cet acheminement graduel de l’une à l’autre fait qu’elles nous apparaissent à leur tour comme les intensités d’un seul et même sentiment, qui changerait de grandeur. On montrerait sans peine que les différents degrés de la tristesse correspondent, eux aussi, à des changements qualitatifs. Elle commence par n’être qu’une orientation vers le passé, un appauvrissement de nos sensations et de nos idées, comme si chacune d’elles tenait maintenant tout entière dans le peu qu’elle donne, comme si l’avenir nous était en quelque sorte fermé. Et elle finit par une impression d’écrasement, qui fait que nous aspirons au néant, et que chaque nouvelle disgrâce, en nous faisant mieux comprendre l’inutilité de la lutte, nous cause un plaisir amer.

Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience, chapitre I De l’intensité des états psychologiques (1889).

 

Corrigé

 

2) Analyse du texte. Remarques.

Bergson prend l’exemple de la transformation d’un désir peu apparent pour le sujet en une passion profonde. Interpellant son lecteur à qui il demande d’adopter une attitude introspective, il lui fait remarquer que ce qui se présente d’abord comme séparé se fond bientôt avec tous les éléments psychiques et les transforment. Il compare cette métamorphose au rêve où rien ne sort de l’ordinaire mais où pourtant la tonalité d’ensemble est singulière. Il en déduit que les phénomènes psychiques, d’autant plus qu’ils sont profonds, ne doivent pas être traités comme des faits isolés. La place qu’occupe un fait psychique est l’influence qu’il a sur tous les autres. Il oppose alors la fausse conception de la conscience réfléchie qui ne se fait pas à cette représentation mais veut des faits tranchés, séparés les uns des autres. D’où son erreur de quantifier un désir en intensité de plus en plus grande. Il compare le procédé avec celui qui assigne une intensité là où ce sont les contractions musculaires qui augmentent avec l’intensité assignée au désir alors que ce sont les autres faits psychiques qui sont changés. Il en déduit que cette transformation du désir en passion est un changement qualitatif et non quantitatif.

Il explique ainsi le plaisir plus grand pris à l’espérance qu’en la réalisation du désir. Le premier se répand sur tous les possibles de l’avenir, alors que la réalisation en supprime le plus grand nombre.

Bergson analyse ensuite de la même façon l’augmentation de la joie ou de la tristesse. La joie est d’abord une orientation des faits psychiques en direction du futur. Ensuite, elle conduit à leur succession de plus en plus rapide et sans efforts. Au plus haut, toutes nos représentations ont une indescriptible qualité qui peut nous étonner. Comme les différentes joies touchent un plus ou moins grand nombre d’états mentaux, nous les distribuons selon une graduation quantitative et attribuons au sentiment un changement de grandeur. Bergson applique à la tristesse l’idée qu’il s’agit aussi de changement qualitatif. Il énonce les différentes tristesses, orientation vers le passé avec une diminution des sensations et des représentations jusqu’au sentiment d’écrasement qui nous fait souhaiter la mort, toutes les blessures nous faisant abandonner le combat en produisant un plaisir douloureux.

 

2) Idées.

1.L’exemple du désir devenu une grande passion montre comment isolé, il finit par pénétrer tous les faits.

2.Les faits psychiques profonds ne se séparent pas.

3.La réflexion présente le désir comme une grandeur intensive.

4.En réalité, il y a changement qualitatif et non quantitatif.

5.L’espérance donne un grand plaisir parce qu’elle illumine nos possibles alors que la réalisation les détruit.

6.La joie est d’abord orientation de nos états d’âme vers le futur, puis ils se font légers, puis une lumière nous envahit.

7.En les mesurant par le nombre de représentations touchées, nous pensons quantité intensive là où il y a différentes qualités.

8.La tristesse est de même nature, orientation vers le passé et fermeture de l’avenir qui se transforme en quasi paralysie.

 

3) Proposition de résumé.

Le désir devenu une grande passion montre comment isolé, il finit par pénétrer tous les faits. Car le psychisme profond [20]  ne se découpe pas. Pourtant, la réflexion le présente comme une grandeur intensive. Le changement est qualitatif et non quantitatif. [40]

L’espérance donne un grand plaisir parce qu’elle illumine nos possibles alors que la réalisation les détruit.

La joie [60] est premièrement orientation de nos états d’âme vers le futur, puis ils se font légers, puis une lumière nous [80] envahit. En les mesurant par le nombre de représentations touchées, nous pensons quantité intensive là où il y a différentes [100] qualités.

Identique est la tristesse, orientation vers le passé puis fermeture de l’avenir, elle se transforme en quasi paralysie.

120 mots