Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Quintilien - textes sur l'énigme

« Au reste, un terme équivoque peut signifier non seulement plusieurs choses, mais même des choses toutes contraires à celles qu’il semble signifier. Ainsi Néron disait d’un méchant esclave, qu’il n’avait pas de serviteur à qui il se fiât davantage ; qu’il n’avait rien de clos ni de scellé pour lui.

Cette ambiguïté va même quelquefois jusqu’à l’énigme. Telle est la raillerie que fait Cicéron de la mère de Plétorius, accusateur de Fontéius. Il dit qu’elle avait tenu école pendant sa vie, et qu’après sa mort elle avait eu des maîtres or, on disait que, de son vivant, sa maison était un rendez-vous de débauche; et, après sa mort, ses biens furent vendus à l’encan. Il faut pourtant avouer que ludus, école, est pris ici dans un sens métaphorique, et qu’il y a une équivoque dans le mot magistri, maîtres, parce qu’on appelait ainsi ceux qui présidaient aux ventes publiques. » Quintilien, Institution oratoire, livre VI, chapitre 3 Du rire.

 

« Quant à l’allégorie, elle consiste à présenter un sens différent de celui des paroles, ou même un sens qui leur est contraire. Horace nous fournit un exemple de la première sorte d’allégorie

Vaisseau chéri, que vas-tu faire ?

Sur les mers te lancer encore ! etc.

Dans l’ode qui commence ainsi, le vaisseau, c’est la république ; les tempêtes, ce sont les guerres civiles ; le port, c’est la paix et la concorde. Tel est encore ce passage de Lucrèce : Je me fraye un chemin inconnu jusqu’à présent aux Muses ; et celui-ci de Virgile

Mais ma seconde course a duré trop longtemps,

Et je dételle enfin mes coursiers haletants.

Quelquefois l'allégorie a lieu sans métaphore, comme dans cet endroit des Bucoliques : N’avais-je pas ouï dire que, depuis le penchant de celle colline jusqu’à cette fontaine ombragée d’un vieux hêtre, Ménalque, votre maître, avait, grâce à ses chansons, conservé tout son héritage ? Ici, en effet, tout est exprimé en termes propres et naturels, hors le nom ; car le berger Ménalque n’est autre que Virgile. Les prosateurs font souvent usage de ce genre d’allégorie, mais elle est rarement entière, et la plupart du temps elle est entremêlée de termes positifs. Elle est entière dans cet exemple, emprunté à Cicéron : Je m’étonne et m’afflige de voir porter l’inimitié jusqu’à faire sombrer le navire sur lequel on navigue soi-même. L’allégorie mixte est très fréquente : Pour les autres tempêtes, j’ai toujours pensé que Milon n’avait à les craindre que dans le sein tumultueux des assemblées populaires. Si l’orateur n’eût ajouté, dans le sein des assemblées, l’allégorie eut été entière ; mais ces mots la rendent mixte. Dans les allégories de ce genre, la beauté naît des termes métaphoriques, et la clarté, des termes propres. Mais rien n’embellit le style comme de joindre ensemble l’allégorie, la similitude et la métaphore : Quel détroit, quel Euripe offre, à votre avis, autant, de mouvements, autant d’agitations, de changements et de fluctuations, que nous voyons de bouleversements et d’orages dans l’assemblée du peuple ? Il faut souvent qu’un jour, qu’une nuit d’intervalle, pour donner une face toute nouvelle aux affaires : un bruit, un souffle change tout à coup la disposition des esprits. Seulement, il faut avoir soin d’être conséquent, et ne pas faire comme beaucoup de gens, qui, après avoir commencé par une tempête, finissent par un incendie ou une ruine ; ce qui est extrêmement vicieux. Au reste, l’allégorie est à la portée de tout le monde, et se rencontre très souvent dans la conversation. C’est de là qu’ont passé au barreau ces locutions, familières aux avocats : En venir aux mains, serrer son adversaire à la gorge, lui tirer du sang, etc. Quoique triviales, elles ne choquent pas : tant ce qui est nouveau, figuré, inattendu, a de charrue dans le langage ! Mais l’excès a suivi de près le plaisir, et l’affectation a tout gâté. Les exemples tiennent aussi de l’allégorie, si on les rapporte sans aucune explication ; car ce mot des Grecs : Denys à Corinthe, n’est pas le seul que l’on puisse imaginer en ce genre. Quand une allégorie de cette espèce est plus obscure, on l’appelle énigme ; mais c’est, à mon sens, un défaut, puisque la clarté est une qualité cependant les poètes ne laissent pas de s’en servir. Ainsi nous lisons dans Virgile : Dis-moi, et je te tiendrai pour un Apollon, où le ciel n’a que trois coudées d’étendue. Quelquefois même les prosateurs se permettent cette allégorie. Ainsi Célius dit que Clodia est une Clytemnestre des rues, qui est à table une femme de Cos, et au lit une femme de Note. On pourrait encore citer plusieurs traits de ce genre, qu’il faut aujourd’hui deviner, et qui, du temps de leurs auteurs, présentaient moins d’obscurité. Ce sont néanmoins des énigmes, puisqu’on ne peut les comprendre qu’autant qu’on est mis sur la voie. » Quintilien, Institution oratoire, VIII, chapitre 6 Des tropes.